lundi 15 septembre 2014

Photo du Mois # Septembre # To be or not to be...

Le thème de ce mois-ci est "To be or not to be", choisi par Lavandine.
Et voici ma photo :

Bon, ok, c'est peut-être un peu tiré par les cheveux, mais "To be or not to be", ça m'a fait penser à Hamlet, jusque là, rien de plus logique. Et "Hamlet", ça m'a fait penser à "omelette"... et à tous ces oeufs qui, chaque jour, se demandent de quelle manière ils vont se faire manger :-)

Pour découvrir les photos des autres participants, c'est par ici :

lundi 8 septembre 2014

Livre - Histoire d'un bonheur de Geneviève Damas

Quel est le secret d'Anita Beauthier ? Rien ne la prédestinait à rencontrer Noureddine, élève en difficulté dans une école de la ville ni à lier avec lui une relation faite de crainte et de tendresse. Rien ne laissait penser non plus que Simon, beau-frère d'Anita, homme solitaire et taciturne, rencontrerait Nathalie, la voisine, trahie par son mari.
Histoire d'un bonheur est le récit de ces rencontres improbables, porteuses de vraies questions : qu'est ce que le bonheur ? Et comment se libérer des conventions d'une vie toute tracée pour découvrir, peut-être, son propre chemin ?

Ce tout petit livre me rappelle un peu certains romans d'Anna Gavalda, dans la manière de se mettre dans la peau des personnages et d'en faire leur introspection. Plutôt chouette à lire, bien que se terminant de manière un peu abrupte. Il s'agit véritablement d'une tranche (quelques jours) de la vie d'Anita Beauthier et de ceux qui l'entourent. Le mode narratif passe d'un personnage à l'autre, ce qui nous permet d'appréhender les quelques scènes avec un regard chaque fois différent.

jeudi 21 août 2014

Livre - La vérité sur l'affaire Harry Quebert de Joël Dicker

À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois. Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, se retrouve accusé du meurtre, en 1975, de Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

J'ai l'impression d'avoir passé tout l'été avec ce bouquin, et à peu de choses près, ce n'est pas qu'une impression. 1 mois et demi pour lire 600 pages, ça ne me ressemble pas du tout et cela pourrait laisser penser que je n'ai pas aimé et que j'ai eu du mal à finir ce livre, alors qu'il n'en est rien, que du contraire !

Le scénario est captivant dès les premières pages et de rebondissements en surprises, l'intrigue ne cesse de nous séduire et de nous captiver. D'une écriture fluide et authentique, Joël Dicker nous amène au cœur de l'enquête réalisée par le jeune écrivain Marcus Goldman. En voulant prouver l'innocence de son ami et écrivain Harry Québert, il va faire resurgir du passé bon nombre de secrets enfouis pour lesquels certains n'ont pas particulièrement envie que la vérité éclate au grand jour.

Tantôt policier, tantôt histoire d'amour, entre souvenirs de 1975 et enquête de 2008, ce livre mêle plusieurs genres et plusieurs époques pour notre plus grand bonheur. Même si quelques scènes romantiques sont parfois un peu mielleuses et manquent de réalisme, ce roman est vraiment une agréable lecture et tout autant que moi, vous vous passionnerez sans aucun doute pour l'affaire Québert et son dénouement magistral.

dimanche 27 juillet 2014

Livre - Grâce de Delphine Bertholon

Dès que je passai le seuil de la maison, je sus que quelque chose n'allait pas. 1981. Dans la campagne beaujolaise, Grâce Marie Bataille, 33 ans, vit avec ses enfants au rythme des allées et venues de son mari, représentant de commerce. Quand elle engage une jeune fille au pair polonaise, cette existence bien rangée vole en éclats. 2010. Nathan, son fils, vient la retrouver pour fêter Noël en famille. Mais cette année, tout est différent. Tandis que d’étranges incidents surviennent dans la maison, des secrets du passé menacent de ressurgir... 

Ce roman retrace, en alternance, les confessions de Grâce en 1983, au travers de lettres qu'elle adresse à son mari sans jamais les lui montrer et les pensées de Nathan en 2010 qu'il adresse à sa femme, décédée quelques années auparavant. L'histoire se situe à mi-chemin entre le drame familial et le thriller... un bon mélange, assez original, qui permet de maintenir le suspense jusqu'à la fin. Une écriture fluide et agréable, un scénario suffisamment à rebondissements, une chouette lecture à emporter sur la plage avec vous cet été :-)

dimanche 29 juin 2014

Livre - Spirales de Tatiana de Rosnay

Hélène, la cinquantaine paisible,mène une vie sans histoire auprès de son mari, de son fils, de sa fille et de ses petits-enfants. Hélène est une épouse modèle, une femme parfaite. Un jour d’été caniculaire à Paris, sur un coup de tête, elle cède aux avances d’un inconnu. L’adultère vire au cauchemar quand, au lit, l’amant sans nom meurt d’une crise cardiaque. Hélène s’enfuit, décidée à ne jamais en parler et, surtout, à tout oublier. Mais, dans son affolement, elle laisse son sac à main… avec ses papiers. Happée par une spirale infernale, Hélène ira très loin pour sauver les apparences. Très loin, mais jusqu’où ? Dans ce roman au suspense hitchcockien, Tatiana de Rosnay explore les arcanes de la bonne conscience et la frontière fragile entre le bien et le mal.

Je commence à m'habituer à Tatiana de Rosnay et ses romans aux accents de spirale infernale où l'héroïne (car je me rends compte que c'est toujours une femme) a une vie bien rangée et pour l'une ou l'autre raison, finit par vivre un véritable cauchemar (c'est le cas dans La Mémoire des murs, Moka, Le Voisin). Et "Spirales" n'échappe évidemment pas à la règle, d'où son nom ;-)

Je le trouve plus réussi que le Voisin que j'ai lu aussi très récemment. Celui-ci est plus subtil, le scénario est mieux ficelé et plus surprenant. Et la fin est vraiment bien, partagée entre cauchemar et réalité...

vendredi 27 juin 2014

Livre - Les jolis garçons de Delphine de Vigan

Trois textes, qui sont trois moments de la vie d'Emma, jeune femme intellectuellement amoureuse de l'amour, qui correspondent chacun à un homme : Marc Stevenson, avocat célèbre et lisse, désincarné ; Ethan Castor, écrivain, marié, charmeur et sombre ; Milan Mikaev, animateur de télévision égocentrique et désarmant d'irresponsabilité narcissique. Un roman qui interroge la rencontre et l'altérité.

C'est déjà le 3e livre de Delphine de Vigan que je lis. Chacun d'eux est complètement différent. Il y a d'abord eu "Rien ne s'oppose à la nuit" qui était un roman sombre et introspectif, mais aussi plein de tendresse. Ensuite, "les heures souterraines", fait de silences et de solitudes, mais ô combien puissant. Et maintenant, "Les jolis garçons", qui, au travers des yeux d'Emma, décrit avec brio les sentiments amoureux et les déchirures qu'ils peuvent induire.

Delphine de Vigan n'a pas son pareil pour dépeindre avec réalisme les doutes, les questionnements et le mal-être des personnages de ces histoires, c'est encore le cas ici avec Emma. On plonge au plus profond de ses troubles et de ses angoisses avant de prendre conscience que la réalité décrite est en fait toute autre que celle qu'on avait imaginée ;-) L'auteure est en effet très habile pour nous balader au bout de sa plume. Un joli petit livre qui plaira à coup sûr aux fans de Delphine de Vigan.


samedi 21 juin 2014

21 juin - solstice d'été

Avec le 31 décembre, le 21 juin est ma journée préférée dans l'année. C'est le solstice d'été et le jour le plus long de l'année. En plus, il fait un temps magnifique aujourd'hui donc aucune excuse pour ne pas profiter de cette belle journée qui marque le début d'un été qui sera, j'en suis sûre, fabuleux :)


dimanche 15 juin 2014

Photos du Mois # Juin # Une certaine idée du design

Le thème du mois de juin est "Une certaine idée du design", choisi par Sephiraph.

Et voici ma photo :


J'avoue ne pas avoir été très inspirée par ce thème... en dernière minute, j'ai fini par choisir la montre la plus "design" de ma collection ;-) Je suis complètement fan des montres, j'en ai de toutes les couleurs, pour chaque occasion :-)

Allons voir quelle idée les autres participants se font du design :

Calamonique, Thalie, Trousse cadette, Xoliv', Isaquarel, magda627, Nicky, Joane, Bestofava, Rythme Indigo, Woocares, Laulinea, The Parisienne, Marie, Maria Graphia, Anne, Les bonheurs d'Anne & Alex, Homeos-tasie, Louisianne, Agathe, Claire's Blog, Lyonelk, Christophe, Les Filles du Web, Testinaute, Kantu, DelphineF, Ann, Nie, Alban, Mahlyn, eSlovénie, Pilisi, Annick, AurélieM, Filamots, A'icha, François le Niçois, Julia, Cécile - Une quadra, Memories from anywhere, Laurie, Dr. CaSo, Sephiraph, Mamysoren, Krn, Agnès, Lau* des montagnes, Giselle 43, Aude, hibiscus, Eurydice, princesse Emalia, Cynthia, Chloé, Elsa, La Dum, La Nantaise à Paris, MauriceMonAmour, Blogoth67, Sandrine, Sylvie, Cécile Atch'oum, Lavandine83, Ava, Chat bleu, The Singapore Miminews, Alice Wonderland, Blue Edel, Gizeh, Laurent Nicolas, Akaieric, Galinette, BiGBuGS, Proserpinne, Mimireliton, KK-huète En Bretannie, Céline in Paris, Angélique, Philae, Crearine, MissCarole, CetO, El Padawan, Lavandine, Gilsoub, Renepaulhenry, Vanilla, Pixeline, La Fille de l'Air, Morgane Byloos Photography, Oscara, Geneviève T., Lucile et Rod, Champagne, Arwen, Isa ToutSimplement, Fanfan Raccoon, Cricriyom from Paris, Dame Skarlette, Frédéric, Guillaume, Josiane, Alexinparis

mardi 10 juin 2014

Livre - Nos séparations de David Foenkinos

Je pense à Iris qui fut importante tout de même, à Emilie aussi, à Céline bien sûr, et puis d'autres prénoms dans d'autres pénombres, mais c'est Alice, toujours Alice qui est là, immuable, avec encore des rires au-dessus de nos têtes, comme si le premier amour était une condamnation à perpétuité." Alice et Fritz s'aiment, et passent leur vie à se séparer. Les raisons: la cyclothymie des mouvements passionnels, les parents et les beaux-parents, le travail et les collègues, les amis d'enfance, deux Polonais comme toujours, les cheveux et les dents, une longue histoire de cravate, la jalousie, et Schopenhauer bien sûr.

Après "La délicatesse", on retrouve à nouveau David Foenkinos dans un roman sentimental. Toujours écrite de cette plume si particulière, légère et poétique, l'histoire est celle de Alice et Fritz, un couple qui s'aime et qui passe son temps à se quitter. On se prend d'affection pour le "héros" de l'histoire, Fritz, et on se laisse emporter par le tourbillon de sa vie amoureuse qui est... comment dire... quelque peu laborieuse. 

Encore une fois, l'auteur ne nous promet pas de la grande littérature, mais il a ce petit "je ne sais quoi" qui parvient à rendre ses personnages si réalistes et attachants.

Petit livre fort sympathique donc, qui éclot comme une jolie bulle de bonheur et qui nous offre le privilège, pour quelques heures, d'être emmené loin de notre quotidien dans le petit monde magique foenkinosien...

samedi 7 juin 2014

Livre - Alex de Pierre Lemaitre

Qui connaît vraiment Alex ? Elle est belle. Excitante. Est-ce pour cela qu'on l'a enlevée, séquestrée et livrée à l'inimaginable ? Mais quand le commissaire Verhoeven découvre enfin sa prison, Alex a disparu. Alex, plus intelligente que son bourreau. Alex qui ne pardonne rien, qui n'oublie rien ni personne.  
 
En commençant la lecture de ce roman, vous vous attendrez peut-être à un thriller se résumant essentiellement à une course contre la montre de la part de la police afin de tenter de sauver la jeune fille qui a été enlevée, Alex... Et bien, ce serait sous-estimer le talent de Monsieur Lemaitre que de penser ainsi. Ce thriller glaçant est tout sauf prévisible, la mécanique bien huilée du scénario se referme sur nous et sans rien voir venir, nous voilà embarqués dans une autre dimension. L'auteur se joue de nous et de nos interprétations pour mener son histoire hors des sentiers battus. Je ne peux rien raconter de plus sans dévoiler l'histoire. Même s'il n'est pas aussi audacieux et machiavélique que "Robe de marié", les 390 pages d'Alex valent le détour pour les fans du genre.